//

Théâtre de la place du Pont-Neuf

Toulouse romaine

Découvert en 1869-1870, lors du percement de la rue de Metz. Il n'en reste plus rien aujourd'hui. Arasé et recouvert par des immeubles, nous n'en avons plus que les relevés de l'architecte Esquié.

Il se situait à proximité du forum, à côté de la Garonne. Sa façade avec ses arcades donnait sur le decumanus maximus, une des deux grandes rues de la ville à l'époque romaine, dans un sens Est-Ouest (Saint-Etienne vers Pont-Neuf ). L'autre grande artère était le cardo maximus, de la Porte Narbonnaise (Sud) à la Porterie (Nord - place de Capitole).

Illustration de Pertuzé dans "Petite histoire de Toulouse".

Ce théâtre avait un plan en hémicycle, d'un diamètre de 100 mètres environ pour une hauteur de 13 à 14 mètres. Il était l'un des plus grands de Gaule. Son architecture était de briques avec un parement de marbre.

Il pouvait accueillir de 9 000 à 10 000 spectateurs. Sa Cavea était divisée en 3 zones de gradins, dont la plus basse, d'une largeur de 1,38 mètre était sans doute réservée à la curie impériale.

 Extrait du plan Palladia Tolosa, édité par la Mairie de Toulouse.

Au dessous du théâtre, on a retrouvé les traces d'un égout important qui servait à recueillir les eaux de pluie.

Les archives du XIVe siècle indiquent que ce théâtre existait encore sous la forme d'un réservoir d'eau pluviale. Le carrefour qui existait alors entre les rues des Couteliers et Peyrolières et la rue de Metz actuelle, s'appelait la place d'Aigremont et les actes désignant cette place portent : Place d'Aigremont, près du réservoir du Pont-Vieux.

     

Toulouse romaine

palladia-tolosa.net