Textes

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique

   Ausone | Martial | Michelet | Posidonios | Namatianus | Strabon | Suétone

Ausone

Ausone

 

 

 

 

 

 

 

 

Ausone
(310-395)

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique Au sujet de Toulouse : Jamais je n'omettrai Toulouse, ma nourrice, que des murailles en briques entourent d'une vaste enceinte, dont le côté est baigné par le beau fleuve de la Garonne, qui est habitée par une innombrable population et voisine des neigeuses Pyrénées et des pinèdes cévenoles, entre la nation d'Aquitaine et l'Espagne.
Quoiqu'elle vienne de faire sortir d'elle quatre villes, elle n'est pas amondrie par ce départ d'hommes et toutes les colonies nées d'elle sont embrassées dans son sein.

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique Au sujet de Vitellius : Comme ta vie, ta mort fut honteuse, Vitellius : tu ne méritais pas le rang des Césars; mais tels sont les caprices du sort. Cependant, ton règne passa comme une ombre; car souvent un homme indigne atteint aux honneurs de l'empire, mais celui-la seul les conserve, qui en est digne.

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique Au sujet d'Emilius Magnus Arborius : Je t'ai pleuré déjà, ô mon oncle, au nombre de mes parents; je vais te célébrer, à présent, au nombre des rhéteurs. C'était une pieuse tendresse qui m'inspirait alors, c'est le saint amour de la patrie qui me dicte aujourd'hui cet hommage à la gloire de ces hommes vénérables. Honorons donc d'un double culte, et à double titre, comme il le mérite, mon parent Arborius. Il eut Arborius pour père, et pour aïeul Argicius. Ton père était d'origine Eduenne; ta mère, la Maure, était née chez les Tarbelles : tous deux d'un sang illustre. Une épouse riche et de noble famille, une chaire, et l'amitié des grands que tu cultivais déjà, firent d'heureux jours à ta jeunesse, au temps où la puissante Tolosa retenait relégués dans une espèce d'exil les frères de Constantin. Ta renommé poussa encore jusqu'aux remparts de Byzance, jusqu'en cette cité de la Propontide de Thrace, jusqu'à Constantinople. C'est là qu'au sein de l'opulence, et après avoir eu la gloire d'instruire un César, tu mourus, ô Magnus (...)

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique Au sujet d'Exuperius : Je dois rappeler, Exuperius, ton éloquence sans apprêt, ta démarche imposante, ta parole majestueuse, ton beau visage, la convenance parfaite, en un mot, de tes gestes et de ton maintien. Tes discours étaient admirables de verve et d'abondance : à les entendre, ces souffles sonores plaisaient à l'oreille; mais, à la lecture, ils ne présentaient rien de solide dans les idées. La toge de Tolosa la Palladienne te prit en vénération d'abord et te chassa ensuite avec la même légèreté (...)

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique Au sujet de Sedatus : Je me reprocherais, Sedatus, de te passer sous silence, quoique tu aies exercé hors de nos murs les fonctions de l'enseignement. La même patrie tous deux nous a vus naître : les hasards d'une destinée puissante t'on donné une chaire à Tolosa, puis une femme, des enfants, une vieillesse opulente, et une réputation digne en tout d'un grand rhéteur. Cependant ta patrie te redemande à cette ville étrangère, et réclame son enfant qui n'est plus.

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique

Martial
(40-104)

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique Martial célèbre la victoire emportée par Vespasien sur Vitellius, en 68, grâce à l'action de Marcus Antonius Primus, chef des légions du Danube : "cette indiscutable gloire de Toulouse la Palladienne."

Epigrammes IX,100.

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique

Jules Michelet

Jules Michelet

 

 

 

 

Michelet
(1798-1874)

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique Au sujet de Caepio : Les gaulois tectosages de Tolosa, unis aux cimbres par une origine commune, les appelaient contre les romains dont ils avaient secoué le joug. La marche des cimbres fut trop lente. Le consul C Servilius Cépion pénétra dans la ville et la saccagea. L' or et l' argent rapporté jadis par les tectosages du pillage de Delphes, celui des mines des Pyrénées, celui que la piété des gaulois clouait dans un temple de la ville, ou jetait dans un lac voisin, avaient fait de Tolosa la plus riche ville des Gaules. Cépion en tira, dit-on, cent dix mille livres pesant d' or et quinze cent mille d' argent. Il dirigea ce trésor sur Marseille, et le fit enlever sur la route par des gens à lui qui massacrèrent l' escorte. Ce brigandage ne profita pas. Tous ceux qui avaient touché cette proie funeste finirent misérablement ; et quand on voulait désigner un homme dévoué à une fatalité implacable, on disait : il a de l' or de Tolosa. D' abord Cépion, jaloux d' un collègue inférieur par la naissance, veut camper et combattre séparément. Il insulte les députés que les barbares envoyaient à l' autre consul. Ceux-ci bouillants de fureur dévouent solennellement aux dieux tout ce qui tombera entre leurs mains. De quatre-vingt mille soldats, de quarante mille esclaves ou valets d' armée, il n' échappa, dit-on, que dix hommes. Cépion fut des dix.

Histoire romaine. La République

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique

Posidonios d'Apamée
(135-50)

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique Au sujet de Toulouse : Après avoir remarqué la position de Toulouse dans une plaine fertile et cultivée, aux productions abondantes et variées, parmi lesquelles dominent les céréales, Posidonios précise qu'elle se livrait à un important commerce de transit, grâce à sa position au point le plus étroit de l'isthme qui forme ici le seuil des deux mers.

« ...le temple de Delphes à l 'époque (où il avait été pris par les Gaulois) ne contenait plus de semblables richesses ayant été pillé par les Phodiciens (...). Mais comme la contrée est très riche en mines d'or et que les habitants sont à la fois très superstitieux et très modestes dans leur manière de vivre, il s'y était formé sur certains points des trésors (...). Le temple de Tolosa vénéré comme il était de toutes les populations à la ronde leur offrait aussi un asile inviolable, et naturellement les richesses s'y étaient accumulées, la piété multipliant ses
offrandes en même temps que la superstition empêchait d'y porter la main. ».

Rapporté par Srabon, Géographie IV, 1, 13-14

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique

Rutilius Claudius Namatianus
( IVe-Ve siècle)

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique Issu d'une riche famille toulousaine de propriétaires terriens, cité dans laquelle où il passe son enfance, Rutilius Claudius Namatianus suit son père nommé gouverneur de Toscane et d'Ombrie. 

De culture classique, il est nommé Préfet de Rome en 414 après avoir été Comes sacrarum largitionum et Quaestor sacri Palatii. Comme le montrent les allusions à ses amis, dans son poème, il fait partie d'un milieu de hauts fonctionnaires lettrés. Au faîte de sa carrière, vers la fin d'octobre 417, il décide de revenir en Narbonnaise, pour prendre connaissance de l’étendue des dévastations perpétrées par les Wisigoths dans son domaine, vraisemblablement vers Toulouse. Rome avait été précédemment saccagée par les Wisigoths en 410.

Dans son poème qui commence par l’éloge de Rome : « Est-ce trop que de vénérer Rome toute la vie ? », il médite sur son déclin irrémédiable et c’est à contre-cœur qu’il s’éloigne de la Ville. « Tu as fait une seule patrie de peuples différents, ta conquête a servi à qui vivait sans loi : offrant aux vaincus l’union dans son droit rendant unique l’Urbs divisée » écrit-il avec nostalgie.

Rutilius décrit chaque étape et les lieux qu’il visite. Son récit est un précieux témoignage du paysage et des villages de la côte du Latium et de la Toscane de l’Antiquité tardive. « Les villes aussi peuvent mourir », écrit-il en passant devant l’antique Populonia, dont ne subsistent plus que les ruines de ce qui fut le plus grand port de l’Étrurie.

À l’automne, période limite de la fermeture de la navigation saisonnière en méditerranée, il s’embarque à Ostie le 14 novembre 415, la via Aurelia lui semblant peu sûre par la présence des Goths qui ont détruit les ponts, rendant la route côtière difficilement praticable. Sous forme de poème, De reditu suo (Mon retour), il écrit le récit de son voyage par mer qu’il effectue en huit étapes sur environ deux semaines, suivant la route maritime suggérée par l’Itinerarium Maritimum, sorte de guide de la navigation en Méditerranée. Marseille est la destination probable de ce voyage maritime, dont le récit est interrompu à Luni (Carrare) aux premiers jours de décembre. Le reste est perdu.

  Préfet de Rome et Toulousain, il écrit un long poème après son retour à Toulouse, à la gloire de l'Empire et de sa ville natale. Il s'embarque le 16 octobre 417 de Porto d'Italie et écrit ce poème à la fin de l'année. Il revient à Toulouse après les saccages des Wisigoths de 413 et avant l'accord entre Honorius et Alaric de 418.

"Né Gaulois, les champs paternels me redemandent : pays autrefois si beau, si fertile, aujourd'hui défiguré par les ravages de la guerre et par là, plus digne de pitié. Quand la patrie est tranquille, la négliger est chose pardonnable, mais dans les malheurs, elle a droit à tout notre dévouement. ce n'est pas loin qu'il faut plaindre sa patrie : avertis de ses périls, nous devons les partager. il ne m'est plus permis d'ignorer des malheurs qui se sont multipliés faute de secours. Il est temps de réparer les ruines de nos campagnes; de rebâtir au moins les cabanes de nos bergers. Hélas ! Les fontaines, si elles parlaient, les arbres mêmes m'eussent reproché ma lenteur. tout enfin m'appelait dans ma patrie. Elle a vaincu. J'ai sacrifié les plaisirs de Rome, et je me suis repenti d'avoir tardé si longtemps".

De Reditu suo (Itinéraire) Automne 417

Texte en latin

Rutilius

Il écrivit aussi ceci au sujet de Rome, en faisant l'éloge de la ville éternelle : "Ecoute, reine magnifique du monde, Rome, qui a pris place parmi les divinités du ciel, écoute, toi la mère des hommes et la mère des dieux, tu as fondu les nations les plus diverses en une seule patrie, tu as offert aux peuples vaincus le partage de ta civilisation et tu as fait une cité de ce qui était l'univers."

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique

   

Strabon
(64/63 avant notre ère - 20 de notre ère)

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique Au sujet des Tectosages : "les Tectosages étaient aussi, dit-on, de l'expédition contre Delphes ; on assure même que les trésors trouvés dans la ville de Tolosa par le général romain Caepio provenait d'une partie des dépouilles de Delphes... ». 

Géographie IV, 1, 13

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique

Suétone

Suétone

 

Suétone
(69-125)

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique  Au sujet de Vitellius et de Marcus Antonius Primus : Il périt avec son frère et son fils dans la cinquante-septième année de son âge, justifiant la prédiction qu'on lui avait faite à Vienne à propos du prodige que nous avons rapporté, qu'il tomberait entre les mains d'un Gaulois. En effet, il fut vaincu par Antonius Primus, chef du parti adverse, qui était né à Toulouse, et qui, dans son enfance, était surnommé Beccus, ce qui signifie "bec de coq".

Suétone, Vitellius, 18

Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique

palladia-tolosa.net Palladia Tolosa - Toulouse romaine et antique