Chaque vignette ouvre une nouvelle page

Photographies Lucien SULTRA

Monuments funéraires


Les sépultures obéissent à la règle romaine et s'alignent le long des routes, hors de la ville murée. Le plus important des cimetières fut celui de la route Narbonnaise au sud. Pour compléter les illustrations, se reporter au rempart du Bas-Empire.

Au nord

Au Nord de la cité, après la Porterie, des sépultures s'alignaient de chaque côté de la route menant à Cahors.

Route sortant vers le nord

 

Tombeau de la Via Apia en illustration Tombeau de la Via Apia

C'est sur cette route que la corde qui tenait Saturnin se rompit et qu'il mourut. Deux femmes recueillirent son corps et l'ensevelirent au milieu des tombeaux. A cet endroit, on construisit plus tard l'église Saint-Sernin-du-Taur, devenue par la suite Notre-Dame-du-Taur. Par la suite,les ossements de Saturnin furent transférés à la basilique Saint-Sernin, lorsque celle-ci fut achevée.

Eléments découverts dans le rempart du Bas-Empire

 

Au sud

  Le plus important des cimetières fut celui de la route Narbonnaise, au sud, qui allait jusqu'au quartier Saint-Roch. En des temps plus anciens, il y avait une nécropole protohistorique.

Route sortant vers le sud


 

 

Gorgone

Console

Console

Détail de statue : une bague au pouce

Les sépultures étaient variées autant que pouvait l'être la population : les tombes les plus modestes contenaient une simple urne de terre avec les cendres du mort et tout autour des vases à offrande ainsi que des débris d'autres vases, de verreries et de bijoux intentionnellement brisés et brûlés sur le bûcher. Des familles plus aisées firent tailler dans des calcaires tendres des urnes de pierre à couvercle, ce qui est remarquable, pour une ville où la pierre était rare. La rareté de la pierre à Tolosa explique  le petit nombre d'épitaphes retrouvé. Les plus riches se faisaient construire de véritables mausolées, bâtis en grand appareil, à l'imitation de ceux de Rome. Ces mausolées furent démontés et leurs débris servirent à construire le rempart longeant la Garonne au IIIe siècle. C'était le temps des incertitudes, contrairement à la période de paix durant la construction de l'enceinte autour de la cité, et devant l'urgence, le rempart fut construit avec des matériaux de récupération.
Attis Pomme de pin
Reconstitution d'un monument funéraire

Reconstitution d'un monument funéraire

Illustration publiée par le Musée Saint-Raymond (Les Tablettes
de Caius et Priscilla par Fabienne Carme et Lydia Mouysset)

Console - Vue de face

Les débris retrouvés nous donnent des indications sur l'architecture de ces sépultures : des toitures tronconiques couronnées d'une pomme de pin ou d'un ovoïde, symboles d'immortalité; des colonnes, des chapiteaux, des entablements, des frontons triangulaires frappés d'un masque de Gorgone. Des éléments propres aux tombes toulousaines : des corbeaux sculptés latéralement de volutes et terminés par une tête féminine encadrée de deux feuilles d'acanthe.

Attis