//

La Porte Narbonnaise

Toulouse romaine

La porte Narbonnaise est située au sud de l'enceinte du Ier siècle : La route qui en partait, la Via Aquitania, prenait la direction de Narbonne ou de Foix. Jusqu'à  la fin du XVIIIe siècle,  les voyageurs empruntaient la rive droite de la Garonne et passaient par cet endroit pour entrer dans la ville.
C'est à cet endroit, que les Romains construisirent à leur arrivée une forteresse défensive, un castellum, qui prit le nom de la capitale provinciale : Narbonne. D'où le nom de porte Narbonnaise. De cette porte, qui était l'entrée monumentale au sud de Tolosa, il n'en resta rien, aucune description, jusqu'au moment où les fouilles archéologiques préventives effectuées pour la reconstruction du tribunal de grande instance permirent de dégager une partie de la porte Narbonnaise en octobre 2005. Une visite à ciel ouvert était par ailleurs organisée les 18 et 19 mars 2006.
Porte Narbonnaise - Toulouse

La porte Narbonnaise comprenait deux tours à talon. Lors des fouilles,  l’une des deux tours, celle de droite sur l'illustration, a été mise au jour sur une hauteur de deux mètres environ, le côté extérieur est polygonal. Comme le reste de l'enceinte, la partie découverte est constituée de petits moellons de calcaire et de briques. L'autre tour à talon, côté ouest, a  totalement disparu. Il est pour l'instant impossible de dire si cette entrée de Tolosa présentait une architecture identique à celle de la porte de la place du Capitole, à la sortie nord de la ville.

Plan de situation

Plan Bernard Dupuy des Grais Porte Narbonnaise - Toulouse Porte Narbonnaise - Toulouse
Plan Bernard Dupuy des Grais La tour La tour - Détail

Porte Narbonnaise - Toulouse

Porte Narbonnaise - Toulouse

Porte Narbonnaise - Toulouse

La tour - Détail

La tour - Détail

La tour  dans le site

La porte romaine et le Château Narbonnais

Comme le montrent les photographies, la construction ultérieure du Château Narbonnais s'est réalisée en tenant compte de la muraille antique et de la porte Narbonnaise.

Château Narbonnais - Toulouse

Pendant des siècles, nul renseignement précis ne permettait de se faire une idée de cette porte. Il existait seulement une gravure de Jean Servais illustrant la porte romaine du Château Narbonnais effectuée environ douze avant avant sa démolition et publiée par l'historien Noguier en 1556. La démolition du Château fut entreprise par Nicolas Bachelier, l'architecte principal du Pont-Neuf, dont la construction est du XVIe siècle.

Le château avait une forme proche d'un rectangle, avec une porte vers l'intérieur de la cité et une autre vers l'extérieur. Au dessus de chaque porte était une tour.

Noguier, racontait qu'elles étaient fabriquées de terre ferme, de terre cuite, de cailloux roulés ensemble joints à force de chaux vive, plus dur que n'est le fer tiré des fiers rochers, et de grosses pierres de taille ayant plutôt apparence de dépouilles, reliques et vestiges de ruines d'autres bâtiments que d'avoir été faites à propos.

Illustration de Jean Servais

Guillaume Catel, Conseiller au Parlement de Toulouse, écrivait en 1633 : c’estoit une ancienne forteresse, bastie par les Romains, ainsi que nous dirons en son lieu. Catel ajoutait qu'en se reportant à l'Histoire toulousaine de Noguier, l'on trouverait une description du château Narbonnais. Dans cette description, il est dit qu’audit Chasteau Narbonois il y avoit quatre portes, deux du costé de midy, & deux du costé de septentrion, & qu’il estoit composé de deux grandes tours en façon de plate-formes. 
L’arc triomphal, tel que l'a dessiné Jean Servais, fut découvert au milieu du XVIe siècle lors des travaux de démolition du Château Narbonnais entrepris par Nicolas Bachelier. Comme le montrent les vestiges, ce château était situé à l’extérieur de l’enceinte du Ier siècle. L’arc avait été tardivement englobé dans la fortification.

Toulouse romaine
Tour de la porte Montoulieu - Tour de la rue Rességuier - Rue Bida - Théâtre de la Cité - Jardin du Capitole - La Porterie

palladia-tolosa.net